L'objectif de l'association est la mise en oeuvre d'une charte de pratique douce qui permette à la fois la pratique parachutiste et aux Trégorrois de retrouver leur cadre de vie.

Horaires

Fixation de l'amplitude horaire de 10-12h / 14h-18h (15h-18h le samedi)

Repos

Repos et Silence pour tous les Dimanches et Jours Fériés

Trajectoires

Variations des trajectoires en évitant les populations et les zones naturelles

Intensité

Limitation du nombre de rotations à 12 par jour quel que soit le nombre d'avions largueurs

La charte est en cours de négociation avec les élus locaux, le syndicat mixte de l'aérodrome, les usagers de l'aérodrome et les associations de riverains et de protection de l'environnement.

Une 1ère réunion de travail, le 4 juin 2019, dans les locaux de l’aérodrome, pour progresser dans la rédaction d’une charte de l’environnement, s’est avérée être une réunion « traquenard » par la présence de très nombreuses personnes non annoncées et non inscrites : elles ont monopolisé la parole pendant 2 heures, « à charge » contre l’Association.

La 2ième réunion de travail, le 14 juin 2019, a permis de passer en revue les différents thèmes du projet de charte.

Comme nous le craignions, aucun engagement n’a été pris sur les 4 points clés ci dessus, l’attitude de la majorité des présents ne le permettait pas encore.

​Une 3ième réunion ne s’est tenue que le 24 juillet 2019, malgré notre demande appuyée par 2 Maires d’avoir un 1er projet pour la mi juillet.

Fixée sans préavis, ni document de travail diffusé en temps utile, elle a été un échec
total et stoppée au bout de 35 mn. L’association RNLST a en tiré les leçons et diffusé à tous le 28 juillet une proposition complète de charte sous forme de document de travail. Ce document tient compte des positions déjà exprimées par écrit et l'association demande des retours par écrit pour le 15 août.

Les « autorités de tutelle » ont été sollicitées pour définir de nouvelles méthodes/organisations de travail, en attente de la création en cours de la CCE qui devra valider cette charte.

La négociation continue durant l'été...

2ième période

En sortie de l’été, le 4 octobre 2019, sont enfin parus les 2 arrêtés préfectoraux créant la CCE et la composition de ses membres, avec 2 « anomalies » notoires :

  • l’absence, dans le collège des usagers de l’aérodrome, de l’ACCG (AéroClub de la Côte de Granit rose) au profit de l’ACL (AéroClub de Lannion) utilisateur très minoritaire avec ses 2 ULM ; l’ACCG en est pourtant le principal utilisateur puisque représentant à lui seul 70% des mouvements d’aéronefs,

  • l’absence, dans le collège des collectivités concernées, de la Mairie de Pleumeur Bodou alors qu’elle est « adressée » par le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) de l’aéroport de Lannion, au même titre que la Mairie de Lannion et que l’Intercommunalité d’alors devenue maintenant LTC.

Ces 2 anomalies ont été signalées et ont fait l’objet de recours dès novembre/décembre 2019 auprès des services de l’Etat ; la correction est toujours en attente…

Suite à notre demande de fin juillet 2019, après le constat d’échec des réunions précédentes, une organisation plus efficiente a été mise en place pour préparer la charte de l’environnement. Pilotée en neutralité par la Mairie de Lannion, entre les usagers de l’aéroport et les riverains, au bout de 3 réunions conflictuelles, elle n’a malheureusement pu aboutir à une charte consensuelle : malgré nos propositions écrites, évolutives en recherche de compromis, adaptées et proportionnées aux nuisances et à des remèdes correcteurs mesurables et quantifiables, le texte de projet de charte présenté au vote des membres de la CCE le 28 février 2020, chapitre par chapitre, n’est qu’une « coquille vide ».

 

Nous avons manifesté notre totale insatisfaction par communiqué de presse aux 3 médias le 9 mars 2020, repris par eux dans leurs articles du 10/03 (Ouest-France) du 11/03 (Le Télégramme) et du 12/03 (Le Trégor). Lorsque la demande leur a été faite le 15 juin 2020, suite à un compte rendu de la CCE du 28/02 enfin diffusé le 5 juin sans demande particulière de remarques correctives ou de réponse, les 3 associations environnementales CLCV, LPO et RNLST ont refusé de signer ce mauvais résultat global, (refus d’autant « pertinent » nous semble-t-il que le Mr Sous-préfet avait annoncé le 28/02/2020 qu’il organiserait une nouvelle réunion de la CCE en avril/mai 2020 pour progresser rapidement au-delà du constat très « mitigé » obtenu alors – bien sûr la pandémie du Covid-19 a perturbé le calendrier prévu, mais à notre sens la démarche alors annoncée était pertinente, avec la perspective de nouveaux acteurs en sortie des urnes…).

Et maintenant, la suite

Les élections municipales du 15/03 et du 28/06/2020, suivies de la nouvelle gouvernance en cours de définition au sein de LTC, seront l’occasion de « redéfinir » les acteurs en présence au sein de la CCE, en corrigeant, on l’espère, les anomalies de représentativité légitime déjà dénoncées.

Pendant la période hivernale et immédiatement en sortie du confinement, un aéronef ULM au nez rouge a fait l’objet de plusieurs signalisations venant des abords de la ville de Lannion et de la rivière du Léguer, compte tenu du bruit généré lors de ses tours de piste fréquents et à basse altitude, y compris lors des heures de convivialité. Plus récemment, dès le 14 juin et les week-end à suivre, l’avion noir Pilatus a repris ses largages de parachutistes au grand dam de certains riverains à peine sortis de leur confinement : ils n’ont pu profiter des beaux jours de réception possible avec leurs familles et amis (le dimanche 28 juin, du matin 10h00 jusqu’à l’après midi 18h45, on a compté plus de 16 rotations de largages, soit jusqu’à toutes les 30 mn !).

 

Une nouvelle activité, le « Wingsuit- homme avec ailes volantes », est même apparue, avec des articles publicitaires « ravageurs » : « que c’est palpitant d’avoir le sentiment de se transformer en oiseau et de plonger dans le vide à 4 000 m de hauteur, au-dessus d’un des plus beaux paysages de France (Côte de Granit rose)…un saut qui dure3.30 mn sur 7 à 8 km ». ET, cerise sur le gâteau, un jeune de 22 ans ose publier le 29 juin sur la presse locale « quand Ilan fait du parachutisme, il saute de joie »…et pour cause : à lui seul il se vante d’avoir réalisé 300 sauts sur Lannion en 2019 grâce à 7ième Ciel … (avec de tels « acharnés » pas de soucis donc pour la pérennité de l’entreprise…)

Certes, mais c’est oublier que pour aller sauter à 4 000 m, jouer avec les nuages, profiter d’une vue imprenable, jouir d’un sentiment de liberté, …

  • l’avion Pilatus utilisé fait un vacarme insoutenable quand il est répété toutes les 30 mn par jour de beau temps et à certaines heures de convivialité

  • qu’il consomme du kérosène (plusieurs dizaines de milliers de litres par an, sur le Trégor), qui plus est …du kérosène détaxé…, causant un préjudice environnemental pour les habitants du Trégor (riverains, sportifs, enfants et adultes…), voire pour la faune et la flore de nos zones naturelles protégées..

  • qu’il lâche dans le ciel du Trégor plus de 100 tonnes de CO² par an

Est-ce cela une vision acceptable du « monde d’après »… la crise sanitaire… ?

Est-ce cela une voie de transition apte à répondre aux défis climatiques, à la réduction du bilan carbone, aux demandes de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

La transition est indispensable : la « liberté »  de quelques uns, fut-ce de sportifs en recherche de haut niveau, ne peut porter atteinte au cadre de vie de la population du Trégor et à ses aspirations au bien-être. L’attrait touristique doit être préservé et ne peut servir de prétexte à des activités nuisibles pour l’environnement et même contre-productives pour le tourisme.

Au vu des piètres résultats obtenus au bout de presque 2 ans de discussion/négociation (1ère réunion en Mairie de Lannion le 20 juillet 2018, suivies de rencontres avec Mme puis Mr le Sous-préfet, le député, le défenseur des droits, les Maires, la DGAC), le refus de certains utilisateurs de la plateforme de changer leurs modalités d’action est évident : il vient à nouveau d’être démontré dès cette sortie du confinement. Le projet actuel de charte, qualifiable de « coquille vide », doit être complété par des contraintes mesurables et quantifiables par la population riveraine, proportionnées à la situation spécifique de l’aérodrome de Lannion. Un certain retour au calme pourrait alors être obtenu de sa part.

Dans l’immédiat une pétition est soumise à signature sur le site Cyberacteurs, (accès direct par Menu - Signez la pétition)

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/contrelesexcyosdelactivityndeparach-4023.html

Association loi 1901 : Rendez-Nous Le Silence Dans Le Trégor

Identification R.N.A. : W223005578
No de parution : 20190014

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now